festival we love green 2016

Festival : la saison est ouverte ! Chaque année, l'impatience grandit à mesure que juin arrive, le mois qui ouvre officiellement le bal des festivals de l'été. Le soleil revient (quoique !) et l'on a qu'une seule envie : enchaîner les concerts en plein air à grand coup de pintes !

welovegreen nuit gadoue

We love green ou #nuitgaddoue

Quand le concept green est arrivé au sein de la foule des festivals parisiens il y a 4 ans, j'ai tout de suite été conquise. J'imaginais déjà les festivaliers gavés d'amour, fleur au fusil, portant haut et fiers les couleurs peace and love. Un woodstock des temps moderne que la nostalgique des temps hippie que je suis, aurait adoré vivre.

Sauf qu'une fois sur place, l'ambiance ressemble plus à une double page de magazine hype qui explique comment avoir le "vrai" look et la bonne attitude à tenir en festival. Des centaines de personnes arborants un style pseudo Coachella, couronne de fleur à 15€ pièce vissée sur la tête même en temps de pluie.

Bref, oublions le côté hippie des 70's et bienvenu au style "hypie" de 2016.

"l'article disait que pour être une hippie il fallait absolument avoir une couronne de fleur ! Je te jure !" "ouai mais là ta couronne elle fait bien la gueule meuf !".
Côté orga, là encore tout est à revoir. 1h30 pour commander une bière ou encore 45min pour évacuer la dite bière, je me demande bien quand peut-on trouver le temps de profiter des concerts ? Je ne parle même pas des prix exorbitants des conso et autres grignotages. A-BU-SE.

En sortir du look et de l'orga, on donne quand même l'avantage à une programmation plutôt bien montée. C'est d'ailleurs pour ça qu'on est là après tout. J'ai adoré écouter Asgeir, London Grammar et Foals en 2014 et dansé comme une folle sur Hot Chip et LCD Sound System en 2016. De moments dingues, inoubliables.

festival les kampagn'art Saint paterne racan

Quand l'art investit la campagne

L'idée de se retrouver à quelques kilomètres de Tour pour vivre un festival quazi inconnu, est née après avoir vu (ou revu) Goran Bregovic au Zenith à l'hiver dernier. Musique tzigane et trompètes, le RDV était pris pour retrouver ces bonnes vibes dans la campagne du Val-de-Loire, seule date prévue pour en profiter encore.

Les Kampagn'Art est un festival organiser par Bouge Ton bled, une asso créée il y a 10 ans tout pile par une bande de jeunes encore mineurs au début de l'aventure. C'est grâce à leur parrain (majeur lui) qu'ils ont pu monter un évènement joliment ficelé, pour faire  bouger leur bout de campagne perdue de Saint Paterne Racan.  La 1ère édition n'a réuni que quelques centaines de festivaliers, et 10 ans après c'est pas moins de 9000 personnes qui ont participé à ce joyeux week-end festif !

Une programmation qui fait appel à nos racines

Le gage de réussite d'un bon festival est certes tenu par une programmation de qualité. Les Kampagn'Art nous ont proposé cette année le grand Goran Bregovic et son orchestres tzigane. Une musique festive aux notes des balkans et des rythmes gipsy qui vous entrainent instinctivement dans la joie de vivre. Le corps se met à danser spontanément et se libère complètement des préjugés et autres barrières de jugement. Un pur moment de lâcher-prise.

Deuxième tête d'affiche : La rue Ketanou. Pas la peine de présenter cette joyeuse bande de fanfarons que l'on adore et qui nous rappelle nos jeunes années roots à porter un turban sur la tête et des vêtements chinés dans le grenier familial.

Goran bregovic festival musique tzigane

Un succès grandissant pour un festival bien pensé

La grande qualité du Festival les Kampagn'art reste indéniablement : l'organisation.
J'ai rarement participé à un festival aussi bien monté. Absence d'attente aux bars, et ambiance Dj aux toilettes, histoire de patienter toute en se marrant. Des Dames et Messieurs pipi grimés en bonnes soeurs ou Mario Bros, et des toilettes sèches nettoyées à chaque passage. Belle prouesse ! Niveau tarif encore une fois nous avons été agréablement surpri : bières artisanales et locales et sandwichs façon barbeuc familial, de quoi tenir durant cette belle soirée.

Festival 2016 les kamapgn'art
Festival les kamapgn'art

Quand l'art investit la campagne

Entre deux concerts, la magie a envahie les terres du festival. Des bonhommes allumettes géants et lumineux sont apparus dans la nuit fraichement tombée. Suivis par des structures gonflées en forme d'oiseau et d'éléphants qui s'envolés dans le ciel étoilé. L'art de rue a animé l'entracte d'un spectacle juste féérique.

art de rue festival juin 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *