A l’heure où nos yeux sont hypnotisés quotidiennement par l’écran de notre smartphone, qu’en est-il quand les réseaux sociaux deviennent le média principal d’une actualité inimaginable ?

Je suis l'Actu, Concert Eagles of death metal réseaux sociaux vendredi 13 novembre 2015 Bataclan

Je suis l'actu

Ce week-end, l’actualité terrible s’est très vite propagée au sein de nos de « lieux » de divertissement. Le Bataclan, les terrasses de café et le stade de France, endroits où règne la joie habituellement, sont devenus les théâtres de l’horreur d’un islam radical. En quelques minutes, ces évènements dramatiques se sont emparés de nos réseaux de partage, sur lesquels seuls les photos retouchées et les messages enjoués ont pignon sur toile habituellement. Impossible de passer à côté. Durant un week-end nous n’avons pas eu d’autre échappatoire qu’être informé, apprendre l’horreur et en connaître tous les moindres détails.

Je suis innommable

Le plus abject, en ces temps de barbarie, reste encore l’utilisation des réseaux pour diffuser des contenus que la majorité des internautes n’imagineraient même pas. Je pense notamment à la photo du Bataclan en tant que scène de crime, ou les tweets et autres commentaires de « petits malins » qui se sont réjouis de l’acte de guerre en cours. Ces informations restent difficiles à contrôler rapidement par les modérateurs, tant la viralité est forte durant ce genre d’évènement. On ne le dira jamais assez, mais les réseaux sociaux peuvent être dangereux, et j’invite les personnes sensibles, voir fragiles à être particulièrement vigilantes en ce moment.

Illustration "Je suis à ta recherche" pour l'article réseaux sociaux vendredi 13 novembre 2015 Bataclan

Je suis à ta recherche

Forte heureusement les communautés n’ont pas que des mauvais côtés. Face à cette avalanche de terreur, les hashtags ont pour le coup joué un rôle essentiel de regrouper les informations prioritaires afin de retrouver certains disparus. Le bouton “je suis en sécurité” de Facebook, quoi qu’on en dise, s’est révélé être un outil particulièrement utile pour rassurer rapidement notre entourage parfois paniqué. Et la création du hashtag “porteouverte”, qui proposait l’hospitalité aux plus perdus, nous montre à quel point les réseaux peuvent être à l’origine d’élan de solidarité.

Illustration "Je suis l'Amour" pour l'article réseaux sociaux vendredi 13 novembre 2015 Bataclan

Je suis l'amour

Le principal à retenir de cet atroce week-end, ce sont tous les témoignages de gratitude et de reconnaissance qu’on reçu les proches des survivants et les familles des victimes. Déjà en janvier dernier, pour Charlie Hebdo les créations artistiques inondaient les lieux réels et virtuels d’illustrations, cover ou textes, en hommage aux victimes. Pour le Bataclan les témoignages artistiques ont été encore plus nombreux. Et nous sommes bien d’accord pour se dire que c’est la meilleure manière de riposter face à la violence et de refaire renaitre l’espoir.

Illustration "Je suis avec vous" pour l'article réseaux sociaux vendredi 13 novembre 2015 Bataclan

Je suis avec vous

Bien évidemment, je ne pouvais terminer cet article sans penser aux familles et amis des victimes. Cet évènement a touché la population toute entière de près ou de loin et je crois que nous sommes chanceux d’être en vie et entourés des gens qu’on aime. J’envoie donc, tout mon soutien et mon réconfort à ces familles privées de ces êtres partis trop brutalement.

Merci à Emmanuel WINO d'avoir rendu ses photos libres de droits. Article Inrock

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *